Drame · Récit de vie

Rupture – Hubert Gorius

Auteur : Hubert Gorius

Editions : Librinova

Date de parution : 6 Décembre2018

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Librinova de m’avoir envoyé cet ouvrage dans le cadre d’un partenariat. Un tout grand merci à Hubert Gorius également.

Synopsis

Romain s’enfonce peu à peu dans la dépression en assistant, impuissant, à la lente déchéance de sa mère. Son seul soutien, il le trouve auprès de Carole, sa tante, qui lui voue une affection protectrice. Elle mettra toutes ses forces pour l’aider à résister et à se construire un avenir.

C’est à Londres, où il décide de partir poursuivre ses études, que son chemin croise celui de Gillian. Débute alors une relation amoureuse renforcée par une sensibilité partagée. Parviendront-ils à surmonter ensemble les épreuves qu’ils devront affronter ?

Mon avis  :

Nous allons suivre l’histoire de Romain, un jeune homme de 27 ans qui souffre de dépression depuis son plus jeune âge, il a déjà essayé de mettre fin à ses jours, alors que qu’il n’était qu’un jeune garçon suite à la séparation de ses parents et le remariage de son père. Alors à peine âgé d’une dizaine d’années, il était déjà sous un traitement pour traiter sa dépression et ses angoisses.

Quand j’ai lu le résumé du livre, je me suis demandé « pourquoi ? », question qui a persisté après avoir commencé ce roman. J’ai eu beaucoup de difficultés à rentrer dans l’histoire où il est très difficile de « saisir le personnage de Romain ». Ce n’est que petit à petit qu’il se découvre, comment il se sent et quels sont les raisons de sa tristesse et de ses angoisses.

Un père autoritaire, une mère qui ne le regarde pas et qui finalement tombe malade et ne parvient pas à s’occuper de son fils. Il serait donc élevé par sa tante qui fait office de « relais » lors de son entrée dans l’âge adulte, en pleine rentrée universitaire. Tout bascule ensuite à la mort de cette dernière. Ce pauvre Romain semble avoir tant de raisons à déprimer que l’on parvient à ressentir une oppression insupportable.

Hubert Gorius parvient à nous apporter une autre vision de la dépression, comme étant un véritable danger pour l’homme. Une simple prise de médicaments ne semble être un moyen toujours efficace pour remonter la pente. On comprend bien que le remède miracle n’existe pas.

Malgré mon incompréhension face à la dépression menant au suicide, l’auteur nous vend judicieusement son histoire et nous permet ainsi de nous mettre facilement dans la peau de Romain. Et que même si l’on est totalement étranger à cet état dépressif, les détails sont suffisamment précis pour nous « déprimer ».

On pourrait reprocher la longueur interminable du premier chapitre, ainsi que l’angoisse que l’on ressent à travers ce roman, ou encore l’incompréhension face à la « fin de vie volontaire », … Néanmoins, je vous invite à découvrir ce récit de moins de 150 pages qui vaut le détour.

Point positifs :

  • Le personnage de Romain est attachant.
  • La dépression est rarement abordée dans un roman, du moins aussi brutalement.
  • On ressent les émotions du personnage.
  • Roman pas trop long.

Points négatifs :

  • Un premier chapitre interminable.
  • Fin brutale.
  • A ne pas mettre dans les mains d’une personne dépressive ?

Ma note pour cette lecture : 14/20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.